La gestion des stocks optimisée en 4 étapes

Livre Blanc : Comment gérer ses stocks pour augmenter son chiffre d’affaires ?

Extrait du Livre Blanc : « Comment gérer ses stocks pour augmenter sn chiffre d’affaires ? » :

Pourquoi la juste vision des stocks est-elle critiques à l’ère du commerce unifié ?

 » Les consommateurs sont de plus en plus exigeants lors de leur parcours shopping ; ils disposent aujourd’hui de nombreuses options d’achats que ce soit en termes d’articles souhaités ou de canal de vente (online ou magasin)…

À l’heure où le digital impacte fortement notre vie quotidienne, les retailers doivent être en mesure de répartir les stocks selon les besoins et d’en offrir une visibilité immédiate pour satisfaire des consommateurs hyper-informés, hyper-connectés et omnicanaux.

Pour satisfaire ces derniers, il faut gagner leur confiance à chaque étape de la relation et de leur parcours d’achat : proposer des produits de qualité, des informations utiles et pertinentes, des prix attractifs, des programmes de fidélité attirants, une expérience shopping unifiée… et disposer du bon produit, au bon moment, sur le bon canal. Si l’une de ces étapes est négligée, ce n’est pas seulement la vente et le bénéfice associés qui sont menacés, mais également les perspectives de ventes futures liées à ce client.

Selon une étude réalisée par IBM2, si un article est en rupture de stock dans un magasin et que la marque n’est pas en mesure de savoir si cet article est disponible dans un autre de ses magasins, alors 72% des consommateurs iront chez un concurrent ; et 67% délaisseront cette marque lors de futurs achats.

Attirer et recruter de nouveaux clients fait partie des défis inhérents à ce nouvel environnement omnicanal. Le coût d’acquisition d’un nouveau client3 est de 5 à 7 fois plus élevé que le coût de rétention d’un client existant. La probabilité de convertir un nouveau client est de 5 à 20 %, quand celle de conserver un client existant est de 60 à 70 %. »

Ces livres blancs peuvent aussi vous intéresser :
5 facteurs clés pour réussir son projet de dématérialisation des processus fournisseurs
DAF, comment dématérialiser et automatiser vos processus comptables ?
Comment centraliser et automatiser la gestion des données ?

Partagez cet article !
Comment mettre en place la digitalisation de la supplychain et des échanges B2B ?

Livre Blanc : La digitalisation de la Supplychain et des échanges B2B

Extrait du Livre Blanc : « La digitalisation de la Supplychain et des échanges B2B » :

Digitalisation de la Supply Chain et des Échanges B2B : Pourquoi ?

« Digitaliser à 100% votre supplychain et tous vos échanges de données et documents commerciaux n’est donc pas seulement une possibilité, mais aussi une nécessité. Il est aujourd’hui devenu crucial de pouvoir échanger rapidement des informations avec tous vos fournisseurs, partenaires et clients, et ce de manière automatique et électronique.

Le fait de travailler avec de nombreux fournisseurs ou autres partenaires commerciaux augmente considérablement le nombre de données et de documents échangés chaque jour. Un traitement manuel de ces données serait chronophage et coûteux. D’autre désavantages conséquents viennent s’ajouter à la perte de temps et d’argent, comme un risque accru d’erreur dû au traitement manuel des données, ainsi qu’une détérioration certaine des relations vendeur-fournisseurs.

Une digitalisation à 100% de votre Supply Chain et des échanges de données ou documents découle donc sur un certain nombre d’avantages considérables. »

Ces livres blancs peuvent aussi vous intéresser : La transformation digitale pour les DAF
DAF, comment dématérialiser et automatiser vos processus comptables ?

Partagez cet article !
Informer ses collaborateurs à la sécurité informatique

Livre Blanc : La sensibilisation des collaborateurs à la sécurité informatique

Extrait du Livre Blanc : « La sensibilisation des collaborateurs à la sécurité informatique » :

Le facteur humain est un enjeu majeur de la cybersécurité en entreprise : faites de vos salariés les 1ers remparts de l’entreprise contre les menaces.

« Au cours des dernières années, la plupart des organisations ont installé des filtres anti-phishing avancés et des pare-feux, et déployé des outils spécialisés pour atténuer les cybermenaces. Les cybercriminels ont donc déporté une partie de leurs attaques directement sur les salariés, considérés comme un possible point d’entrée dans les systèmes informatiques.

Découvrez dans ce livre blanc les différentes techniques utilisées par les cybercriminels pour tenter d’infiltrer les entreprises en utilisant les faiblesses de leurs salariés, mais également les conseils de nos experts pour mettre en place des méthodes simples et pratiques à utiliser au quotidien.

1. Pourquoi une prise de conscience de la direction sur l’importance de la sensibilisation à la cybersécurité est-elle primordiale ?

Chiffres clés sur les cybermenaces ciblant les entreprises :

Selon une étude d’IBM, l’erreur humaine est impliquée dans plus de 90 % des incidents de sécurité (clic sur un lien de phishing, consultation d’un site Web suspect, activation de virus ou autres menaces persistantes avancées).

L’enquête réalisée en 2017 par Kaspersky Lab et B2B International² appuie ces conclusions. Selon ce rapport, l’utilisation inappropriée des ressources informatiques par les salariés est à l’origine des attaques subies par 39 % des organisations mondiales sur une période de 12 mois.

L’augmentation du nombre de cyberincidents provoqués par des erreurs humaines est surtout perceptible dans le secteur des Très Petites Entreprises (TPE) : en un an seulement, le pourcentage de petites entreprises (1 à 49 salariés) victimes d’une attaque impliquant une erreur humaine est passé de 25 à 32 %.

Plus préoccupant encore, près de la moitié des entreprises (entre 44 et 48 % 2 ) ne se sentent pas correctement protégées contre les menaces que font courir l’ignorance, la naïveté ou la malice de leurs propres salariés. »

Ces livres blancs peuvent aussi vous intéresser : 7 étapes pour établir un programme GRC de Gestion de Risques
6 raisons de sauvegarder les données office 365

Partagez cet article !
Comment réussir son projet CRM en 6 étapes ?

Livre Blanc : Les règles d’or pour réussir son projet CRM

Extrait du Livre Blanc : « Les règles d’or pour réussir son projet CRM » :

« Les projets de CRM ont le plus souvent pour objectif d’améliorer l’enregistrement, l’exploitation et le traitement de l’information au sein de l’entreprise (récupération des données sans ressaisie, partage des informations…), c’est-à-dire placer le client au cœur de l’entreprise.

Ces évolutions ne sont pas forcément fastidieuses (ex: saisir les coordonnées des prospects dans un logiciel au lieu d’Excel), mais elles changent des habitudes qui sont parfois solidement ancrées. On verra ultérieurement que c’est un des écueils majeurs des projets de CRM.

Au final, le logiciel de CRM pourra vite devenir un véritable outil de création de valeur ajoutée: offrir plus de services aux clients, apporter plus de productivité aux commerciaux, améliorer la satisfaction clients…

Les Règles d’Or pour réussir votre Projet de CRM !

Pour tous ceux qui ont déjà installé un logiciel de comptabilité ou de gestion, mettre en place un logiciel de CRM peut sembler très simple: il suffit d’installer le logiciel, de former les employés, et une bonne partie du chemin est alors faite.

Pourtant, ce n’est pas si simple que cela en a l’air : un projet de CRM doit parfaitement s’intégrer au cœur des processus internes de l’entreprise, et en cela il modifie les habitudes de travail des utilisateurs.

C’est pourquoi l’aspect humain du projet (adoption, résistance au changement…) doit être particulièrement pris en compte tout au long du projet.

Ce livre blanc aura donc pour objectif de vous présenter 6 Règles d’Or pour vous guider dans la mise en place de votre solution de CRM. »

Livres Blancs complémentaires :
Les 4 tendances CRM en 2019
Comment choisir son CRM ?
9 clés pour réussir son projet CRM

Partagez cet article !
Livre blanc sur la transformation digitale

Livre Blanc : La transformation digitale pour les DAF

La révolution Internet a transformé nos vies et celles de nos entreprises en
ouvrant la voie à de nouveaux usages que, jusqu’alors, notre imagination ne concevait même pas : communication en temps réel, suppression des contraintes géographiques, mobilité, objets connectés…

De nouveaux entrepreneurs – souvent non experts du domaine – ont exploité les nouvelles opportunités du digital pour faire naître de nouveaux besoins et de nouveaux usages : e-commerce, réseaux sociaux, géolocalisation, chatbots, … Ainsi, nos attentes, voire exigences, de consommateurs ont considérablement évolué avec les potentiels offerts par la transformation digitale des offreurs.

Qu’entendons-nous réellement par « transformation digitale » ? La transformation digitale désigne le passage d’une économie essentiellement matérielle, s’appuyant sur des points de ventes physiques (bureau, dossiers papiers, paiements en espèces, etc.) à une économie dématérialisée s’appuyant sur des échanges de données (plateformes e-commerces, cloud, monnaies virtuelles, etc.).

Ces usages numériques impactent l’entreprise dans toutes ses dimensions : fonctions, processus, services (commercial, marketing, finance, RH,…). Les barrières physiques sont gommées, l’accès à l’information est facilité, les volumes de données disponibles se sont multipliés, les modes de consommation et de communication se sont transformés.

Partagez cet article !
Les meilleurs conseils pour protéger son système informatique

Livre Blanc : 10 conseils pour protéger son infrastructure informatique

Extrait du Livre Blanc : « 10 conseils pour protéger son infrastructure informatique »

« Les équipements informatiques vivent dans un environnement hostile. Notre époque est celle des systèmes informatiques vitaux et de l’internet. La continuité de vos activités exige que vous protégiez votre infrastructure de toutes les menaces que recèle l’environnement. Toutes les entreprises, grandes ou petites, sont menacées.

Prenez l’alimentation électrique, par exemple. Vous vous rendez généralement compte d’un problème électrique lorsque les lumières vacillent ou s’éteignent. Mais vos PC, vos serveurs, vos équipements de réseau peuvent être endommagés par de nombreuses autres anomalies électriques, invisibles à l’œil humain, et qui, à la longue, les détériorent.

Et la chaleur ? La baie ou l’armoire renferme des équipements plus denses que jamais. Ces équipements produisent plus de chaleur dans un espace réduit, créant un sauna susceptible d’abréger la vie des composants.

Et l’erreur humaine ? Même l’employé le mieux intentionné peut déconnecter involontairement un câble, mal raccorder un appareil ou causer la destruction d’un composant par l’électricité statique.

Cela vaut-il vraiment la peine de se préoccuper des risques ?

Vous pouvez vous en préoccuper dès maintenant ou plus tard. La première solution est une démarche proactive, tandis que la seconde est potentiellement douloureuse. La société Find FVP a enquêté sur 450 très grandes sociétés; chacune de ces sociétés a subi chaque année, en moyenne, neuf pannes informatiques. Environ 28% de ces incidents avaient pour cause des problèmes d’alimentation électrique.

Les coûts sont élevés. Selon une étude de Price Waterhouse, après une panne de système informatique provoquée par une coupure de courant …

• 33% des entreprises ont besoin d’au moins une journée de travail pour revenir à un état normal.
• Il faut plus d’une semaine à 10% d’entre elles.
• La reconfiguration d’un réseau peut prendre jusqu’à 48 heures.
• La récupération des données perdues peut prendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines.
• 90% des entreprises, victimes d’un sinistre informatique majeur, mettent la clé sous la porte dans les 18 mois qui suivent si elles n’avaient pas prévu de plan de survie.

Si vous pensez que le risque d’une catastrophe naturelle est faible, vous avez sûrement raison.
Seulement 3% des pertes de données ont pour cause une catastrophe sur le site et 7% sont dues à des virus informatiques.

Les effets les plus destructeurs sur les centres de données proviennent en réalité de causes beaucoup plus banales : erreur logicielle (14%), erreur humaine (32%) et défaillance matérielle (44%) Elles sont souvent provoquées par des problèmes d’alimentation électrique, tels que coupures de courant, chutes de tension, creux de tension, parasites, pointes de tension, variations de fréquence, transitoires de commutation et distorsions harmoniques. »

Ces Livre Blanc peuvent aussi vous intéresser :
Comment centraliser et automatiser la gestion des données ?
Comment rassurer les consommateurs sur la collecte des données personnelles ?

Partagez cet article !
La gestion de risques en 7 étapes

Livre Blanc : 7 étapes pour établir un programme GRC de gestion de risques

Extrait du Livre Blanc : « 7 étapes pour établir un programme GRC de gestion de risques »

« APPRÉCIATION DU RISQUE DIGITAL: LES GRANDES LIGNES

« Pour gérer le risque informationnel et permettre à l’entreprise d’aller de l’avant, vous avez besoin d’une stratégie solide et d’un plan d’ordre en marche.

Le programme ou modèle en 7 étapes décrit dans cet eBook utilise une approche de gestion du risque qui suit les directives ISO 31000 et NIST 800-30. Vous pourrez apprécier le risque inhérent à l’information au sein de votre entreprise en l’évaluant dans un contexte de tolérance au risque et en déterminant comment y répondre. »

Ce Livre Blanc peut aussi vous intéresser : Comment centraliser et automatiser la gestion des données ?

Partagez cet article !
RGPD : Comment rassurer les consommateurs ?

Livre Blanc : Comment rassurer les consommateurs sur la collecte des données personnelles ?

Extrait du Livre Blanc : « Comment rassurer les consommateurs sur la collecte des données personnelles ? »

« Des craintes autour des données personnelles…

qui viennent contraindre les parcours d’achat :

La crainte autour de la réutilisation des données transmises peut également constituer un important motif d’interruption de son acte d’achat : que ce soit en ligne ou en physique (par téléphone ou en magasin), 3 Français sur 4 évoquent cette crainte.

La proposition d’offres spéciales semble peu à même d’encourager les consommateurs à partager davantage de données personnelles : 1 sur 3 se dit prêt à partager plus de données personnelles en échange d’avantages et bons de réduction, une nouvelle fois en raison de la crainte de la réutilisation des données à des fins non voulues.

Au final, la garantie du respect du traitement des données apparaît, pour 63% des Français, comme le premier levier de transmission des données personnelles devant ce type d’avantages (coupons de réductions, récompense de fidélité…).

Des Français en quête de sécurisation…

… de leurs données personnelles

Si un Français sur dix déclare avoir totalement modifié ses comportements online suite aux récentes failles de sécurité et aux nouvelles règlementations liées aux données personnelles, plus d’un Français sur deux est réticent à transmettre ses données personnelles, principalement les coordonnées bancaires.

Ils craignent principalement l’usurpation de leur identité (80%) mais également un piratage de leur boite mail (71%). Une réticence plus marquée auprès des Français les plus âgés. »

Article complémentaire complémentaire : Les 4 meilleurs outils de conformité RGPD

Partagez cet article !
L'automatisation à le vent en poupe. Adoptez la stratégie gagnante !

Livre Blanc : DAF, Comment dématérialiser et automatiser vos processus comptables ?

Extrait du Livre Blanc : « DAF, Comment dématérialiser et automatiser vos processus comptables ? »

DAF, osez la transformation digitale!

« Nous évoluons dans un environnement (économique, social, juridique, fiscal…) toujours plus complexe. Le choc de simplification appelé par beaucoup n’est toujours pas en vue et, en dépit de cela, les entreprises françaises doivent tenir leur cap, coûte que coûte. Dans ce contexte où tout s’accélère, les contraintes, tant externes qu’internes, se font toujours plus nombreuses et pesantes. Les entreprises sont prises en étau entre le renforcement des exigences (légales, réglementaires, fiscales) et la nécessité d’assurer leur développement dans une économie mondialisée.

Garantes de la performance financière de l’entreprise et de la qualité des informations, les directions financières sont au cœur de la problématique. Dès lors, comment un Daf peut-il satisfaire aux enjeux de sa société avec des moyens optimisés ? La réponse réside dans l’efficacité du système d’information comptable et financier et la transformation digitale de la fonction finance au sein de l’entreprise. Dématérialisation des processus, automatisation des flux, mise en place de solutions de mobilité… autant de leviers non seulement indispensables mais surtout accessibles à toutes les entreprises, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité.

Dans le contexte actuel, ne pas investir dans la modernisation de ses process comptables et financiers, c’est risquer de ne pas pouvoir délivrer une vision claire de l’entreprise. Gageons que ce livre blanc saura vous apporter les éléments de réflexion susceptibles de répondre à cet enjeu, en contribuant à améliorer la fiabilité de votre information financière et la productivité de vos équipes. »

Livres Blanc complémentaires : Comment centraliser et automatiser la gestion des données ?

Partagez cet article !
L'actualité de l'hyperconvergence

Livre Blanc : Comment tirer parti de l’hyperconvergence ?

Extrait du Livre Blanc : « Comment tirer parti de l’hyperconvergence ? »

« Nous vivons dans un monde où les données sont devenues essentielles. Leur quantité, tout comme notre besoin d’un volume de données toujours croissant, explosera dans les années à venir. Or, tout cela repose sur des bases de données qui aident les entreprises à ne pas se laisser déborder. Au même moment, l’infrastructure qui supporte ces bases de données est en pleine transformation à mesure que les entreprises cherchent à simplifier des systèmes informatiques complexes pour en réduire le coût et accélérer le rythme de leur activité.

L’infrastructure hyperconvergée a émergé ces dernières années parce qu’elle donnait aux entreprises un outil d’une puissance incroyable pour endiguer la folie dans les centres de données.

L’adoption de cette technologie a été explosive (ce qui est une bonne nouvelle !) et les entreprises en retirent des gains sensibles en termes d’efficacité opérationnelle et de réduction des coûts.

Suite à certaines décisions précoces sur des cas d’utilisation, prises par les fournisseurs à l’origine du marché de l’infrastructure hyperconvergée, et aux limitations des premières plateformes, nombreux sont ceux qui voient encore dans l’hyperconvergence une solution uniquement destinée aux postes de travail virtualisés (virtual desktop infrastructure ou VDI) et à de petites applications traitant des charges légères. »

La première question que l’on pourrait se poser à ce stade est la suivante : « Pourquoi même se soucier d’une infrastructure hyperconvergée si elle est mal adaptée à l’ensemble des applications que j’exécute ? ».
C’est une question tout à fait légitime. Pour de nombreuses entreprises, il existe un désir de simplifier les centres de données et rendre plus facile l’ajout de ressources à la demande et d’une manière non-disruptive.

L’hyperconvergence a fait ses preuves en tant qu’architecture au service des applications d’entreprise, grandes et petites. Connaissant les avantages que peut apporter sa mise en place, il importe de s’assurer qu’elle fera correctement fonctionner les applications. »

Livres Blanc complémentaires :
Les bénéfices des infrastructures hyperconvergées
Evolution vers l’hyperconvergence : Créer le Software Defined Data Center qui vous convient

Partagez cet article !