10 règles d'or pour choisir son logiciel SIRH

Les 10 règles d’or pour choisir son SIRH

Aujourd’hui, toutes les PME ont besoin d’un SIRH pour accompagner leur système de paie. Pour économiser du temps sur les tâches administratives et gagner en qualité de service auprès de la direction, des managers et des collaborateurs.

Mais quel SIRH choisir pour votre PME ?

Au-delà des aspects visibles, à quels critères faut-il faire particulièrement attention ?

Découvrez votre SIRH hors paie en 10 critères cachés.

Pensez global !

De trop nombreuses entreprises choisissent un logiciel pour gérer un processus donné à un instant T. Ayez une vision globale ! Soyez ambitieux ! Reliez la gestion administrative avec le recrutement, la formation avec les entretiens … Gérez un maximum de processus RH et de données de vos collaborateurs dans un même espace et en même temps.

Trouvez le bon logiciel SIRH

Commencez par le début

Annuaire d’entreprise avec photo, organigramme, gestion de toutes les données des collaborateurs, édition des contrats et suivi de carrière facilement exploitable, élaboration automatique du registre du personnel, reporting complet sur les effectifs. La base, dites-vous ? Vous croyez ? Ah bon, vous êtes déjà équipés alors ?

Article complémentaire : Pourquoi mettre en place un SIRH pour la gestion des RH ?

Partagez cet article !
Comment anticiper le prélèvement à la source ?

Tout savoir sur le prélèvement à la source

Extrait

Nous y sommes : depuis janvier 2019, l’impôt sur le revenu est prélevé à la source, c’est-à-dire directement sur les bulletins de salaire des employés. À charge pour l’employeur ou son prestataire de paie (l’expert-comptable par exemple) de « jouer » le rôle du collecteur pour l’administration fiscale, c’est-à-dire la direction générale des Finances publiques (DGFiP).

Ce sujet est en discussion depuis plusieurs années. Il avait été annoncé par l’ancien président de la République et est déjà appliqué dans la quasi totalité des pays européens, excepté la France et la Suisse. Il est entré en vigueur en France ce 1er janvier 2019.

Les pouvoirs publics expliquent que le principal atout de cette réforme va être de supprimer le décalage d’un an entre la perception des revenus et leur imposition*. Avec pour impact une meilleure adaptation de l’impôt à la réalité des revenus perçus pour ceux qui connaissent des changements de situation financière ou familiale en cours d’année.

Ce gros changement ne va pas être sans conséquences pour le salarié, qui va notamment devoir s’habituer à percevoir un salaire net plus faible que les années précédentes. Mais aussi pour l’employeur, qui devra mettre en place la logistique qui convient pour répondre à son nouveau rôle. Sans compter les situations qui n’ont pas encore été envisagées et qui apparaîtront lors des premières semaines de mise en place du nouveau dispositif.

Dans ce livre blanc, nous allons traiter des questions qui peuvent se poser pour les entreprises, les prestataires de paie ou les salariés, et essayer d’y répondre avec honnêteté pour vous permettre d’y faire face le plus sereinement possible !

Partagez cet article !
La GPEC, outil indispensable aux entreprises

Comment mettre en place un outil GPEC ?

Extrait :

La GPEC : bien plus qu’un projet, un enjeu stratégique pour l’entreprise

Dans un premier temps, nous reviendrons sur les éléments essentiels de la GPEC. La mise en place d’un projet de cette envergure nécessite une réflexion stratégique puisque il va engager l’entreprise sur le long terme. Il convient alors de :

  • Définir de manière précise les enjeux et les objectifs stratégiques de votre GPEC
  • Adapter son projet au contexte de l’entreprise
  • Définir un planning de projet

L’objectif étant de créer les conditions du succès dans la mise en place de votre projet.

Mettre en place un outil GPEC : les étapes indispensables

Au delà des objectifs et de la définition du groupe projet, nous verrons dans un second temps quelles sont les bonnes et mauvaises pratiques pour construire un référentiel de compétences pertinent par rapport au contexte de votre entreprise. Une étape qui va, en partie, conditionner le choix de votre outil SIRH. Grâce à notre expertise dans ce domaine, nous vous donnerons un ensemble de conseils pour bien implémenter et déployer votre outil SIRH.

Lorsqu’une entreprise engage une démarche GPEC, elle engage indirectement une réflexion sur un ensemble de processus RH. Ainsi, nous verrons pourquoi il est intéressant de gérer les compétences d’une entreprise dans un SIRH global.

Ce livre blanc vous présente les points clés pour mettre en place un outil GPEC.

Partagez cet article !

5 raisons d’adopter un logiciel RGPD pour DPD

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), est entré en vigueur depuis mai 2018. Depuis, les entreprises continuent à améliorer leur processus réglementaire. Des métiers ont du s’adapter à ce changement progressif, notamment les Délégués à la Protection des Données (DPD). Leur rôle est devenu davantage important au sein des entreprises. Il lui est donc nécessaire de disposer de l’outil adapté afin de faire face à ses obligations et remplir efficacement ses missions.
Mais qu’est-ce qu’un logiciel RGPD pour DPD et quels en sont les bénéfices ?

1 – Gérer le registre des données à caractère personnel

Les registres et les traitements des données sont gérés plus facilement grâce à l’outil. Le DPD peut aisément distinguer s’il existe des écarts et ainsi, déterminer les points à améliorer. Grâce à cette gestion facilitée, les mécanismes et procédures internes qui prouvent le respect des règles relatives à la protection des données sont trackés et consultables.

2 – Améliorer la protection liée aux données

Une grande partie du temps du Délégué à la Protection des Données est consacrée au suivi et à l’analyse de la performance des demandes d’accès et des violations des données. Il lui est donc indispensable de gagner du temps sur cette tâche qui peut vite devenir chronophage.

3 – Observer les risques légaux et juridiques

Le DPD ayant une vision à la fois technique et juridique, se doit de vérifier si les processus mis en place sont conformes. Dans le cas contraire, il doit corriger le tir et mettre en avant les processus à admonester.

4 – Simplifier le suivi et l’analyse des mesures de sécurité

Le Délégué à la Protection des Données est dans l’obligation de réaliser un suivi et une évaluation du niveau de protection des données, de façon à réagir rapidement si un dysfonctionnement a lieu.

5 – Accompagner l’analyse d’impact

L’analyse d’impact permet d’identifier les répercussions liées au changement sur différents points : Employés, méthode de travail, projets, technologie..

Partagez cet article !

Neuf clés pour réussir son projet CRM

Extrait

CRM : tous concernés ! Savez-vous si vos clients sont satisfaits de vos prestations ? Connaissez-vous les clients avec lesquels vous pourriez travailler plus ? Recevez-vous chaque mois suffisamment de leads pour atteindre vos objectifs commerciaux ?

Tous, dans le monde du BtoB, entendent placer le client au centre mais combien se sont réellement lancés dans cette stratégie ? Il ne s’agit pas d’un sujet destiné seulement aux grandes entreprises. ETI, PME, TPE et même autoentrepreneurs doivent repenser leur organisation pour mettre leurs clients au cœur leur activité.

Lorsqu’on sait qu’un acheteur BtoB réalise seul près de 70 % de son parcours d’achat, vos commerciaux ne peuvent plus se permettre d’appeler n’importe quand ! Il faut disposer des bonnes informations, au bon moment, afin d’être enfin fier de votre taux de conversion.

Pour y parvenir, le temps des fichiers Excel est révolu ! Complexe à manipuler, chronophage, non collaboratif, pas toujours accessible… l’outil tableur doit être relégué à la préhistoire de la relation client. Face à cet enjeu, le CRM fournit une réponse complète. Tous les collaborateurs, quel que soit leur métier, partagent leurs propres connaissances du client : une façon efficace de casser les barrières qui bloquent votre entreprise.

Mais, en réalité, l’outil ne fait que valoriser, cultiver et transformer la richesse déjà présente et encore trop inexploitée. Il agrège les données existantes, les partage, les analyse et les pilote de manière à obtenir des bénéfices tangibles : réduction des coûts, performance accrue, stratégie digitale mieux pilotée… le CRM a tout pour faire entrer votre entreprise dans le siècle du « customer-centric » et de l’expérience utilisateur. Mais comment bien aborder son projet CRM ? Qui inclure ? Quelles fonctionnalités choisir ?

Ce livre blanc vous présente les neuf clés qui feront le succès de votre projet.

Partagez cet article !